Accueil > Etablissements > Boîte à mots  A+ A-    

Boîte à mots

La Boîte à Mots est une boîte aux lettres un peu différente de celles que nous connaissons. Elle est un intermédiaire confidentiel dans le cadre d’une discussion intime entre des enfants et des adultes. La Boîte à Mots est née de l’ambition de créer une action de prévention spécifique dans le cadre du droit à l’expression (art 13 de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant). Elle intervient auprès d’un grand nombre d’enfants, avec une attention particulière pour ceux en difficulté, mais sans les isoler des autres.

La Boîte à Mots est une autre manière d’établir des relations entre des enfants et des adultes bénévoles, grâce à la mise en place d’une correspondance. Ainsi, depuis 1996, l’équipe des facteurs de la Boîte à Mots anime des ateliers d’écriture et de lecture dans des écoles, collèges, centres sociaux, terrains d’accueil des gens du voyage et foyers.

Directrice : Isabelle Sagnet
82 rue de Cambrai – 59000 Lille
Tél : 03 20 15 16 49 / Port : 06 71 92 05 75
Email : boiteamots@lasauvegardedunord.fr 

 

LA BOITE À MOTS, EN QUELQUES MOTS

Le journal quotidien La Voix du Nord a dressé le portrait de La Boîte à Mots à travers les mots de Marie Lesenne, factrice pour ce dispositif. Lire l’article

Atelier d’écriture 

boite a mots illusChaque enfant qui le souhaite écrit une lettre. Il peut être accompagné par un facteur-écrivain public d’enfant professionnel permanent ou par un bénévole formé à la démarche. Sa fonc- tion est de faciliter l’expression et l’écriture pour chaque enfant. Les enfants déposent leur lettre confidentielle dans une grande boîte à lettre aux couleurs de la Boîte à Mots. 

 

Ce projet est cofinancé par le Fonds social européen dans le cadre du programme opérationnel national « Emploi et Inclusion » 2014-2020. En savoir plus sur le FSE

bandeau fse fond transparent

 

Réunion de validation des bénévoles 

Ces lettres sont envoyées aux répondants appelés Tom ou Betty. Ce sont des bénévoles de la Société Civile qui ont choisi d’être des lecteurs attentionnés pour ces écritures d’enfants, et d’y répondre avec le meilleur d’eux-mêmes, en respectant un certain nombre de règles éthiques (anonymat des répondants, confidentialité des lettres). Toutes les réponses sont lues, discutées et validées par les répondants, lors des réunions mensuelles animées par les facteurs. 

 

Atelier de lecture 

Les facteurs écrivains retournent auprès des enfants pour leur apporter leurs réponses. Ils aident individuellement chaque enfant à lire et comprendre sa lettre-réponse. Celle-ci est adressée
à l’enfant, elle lui appartient et il en fait ce qu’il veut. 

 

Tom et Betty : il faut tout un village pour élever un enfant 

Boite à mots2

La Boîte à Mots se bâtit avec un réseau de bénévoles habitant les mêmes zones géographiques que les enfants. La Sauvegarde fait le pari de la mobilisation de la Société Civile pour que l’action de la Boîte à Mots soit de dimension humaine, proche, familière. Chaque bénévole est conscient de sa responsabilité en regard des enfants de sa cité.Les bénévoles répondent aux lettres sans autre charge politique ou spirituelle que la générosité et la sympathie.

Les Tom et Betty aspirent à éclairer l’enfant par le biais de l’écriture, en partageant leurs émotions, leurs impressions, leurs connaissances et leurs expériences. Ils fournissent aux enfants une attention acceptante, tolérante et respectueuse à l’expression de leur vécu.

Ce réseau formé par es répondants fait confiance aux enfants, vise à faire ressortir leurs forces, leurs moyens, leurs solutions, leurs comportements positifs. Il fournit des pistes aux enfants sur les ressources présentes en eux-mêmes et dans leur milieu, les accompagne dans leurs apprentissages et les aide à réfléchir à leurs solutions. Tous les ans, les facteurs de la Boîte à Mots proposent aux répondants de se retrouver pour un temps de partage et d’échange autour d’un thème choisi ensemble. 

 

“Quand je deviendrai petit ” (Janus KORCZAK – 1924)

« Vous dites :

– C’est fatiguant de fréquenter les enfants. Vous avez raison.

Vous ajoutez :

– Parce qu’il faut se mettre à leur niveau, se baisser, s’incliner, se courber, se faire petit.
Là, vous avez tort.

Ce n’est pas cela qui fatigue le plus. C’est plutôt le fait d’être obligé de s’élever jusqu’à la hauteur de leurs sentiments.

De s’étirer, de s’allonger,
de se hisser sur la pointe des pieds, pour ne pas les blesser. »

 
La Sauvegarde sur Facebook